une présidentielle sous le signe de la continuité, des dossiers chauds au menu



Publié le :

Les Chypriotes votent ce dimanche 5 février pour élire le successeur du président de la république, Nikos Anastasiades, qui tire sa révérence après deux mandats, soit 10 ans à la tête du pays. Les trois principaux concurrents à sa succession lui sont tous liés à divers degrés. La continuité politique est en vue, mais le futur président hérite de dossiers de plus en plus brûlants, pour l’île et pour l’Europe, du processus de paix à la corruption en passant par l’immigration.

Outre le candidat officiel du rassemblement démocrate, le parti conservateur du président sortant, et le candidat de l’opposition de gauche, ex-émissaire dans les négociations de paix, le grand favori n’est autre que son ancien ministre des Affaires étrangères, Nikos Khristodoulides, crédité de plus de 35% des voix dans les sondages.  

Relancer les négociations de paix, l’objectif est partagé, mais elles sont au point mort depuis 2017 et le pessimisme domine. Le temps joue en faveur de la partition que réclame le dirigeant pro turc du nord. Et le favori des sondages, Nikos Khristodoulides, aimerait que l’Union européenne fasse pression sur Ankara.

Le dossier migratoire, un casse-tête

Le dossier migratoire ajoute au casse-tête. La république chypriote a l’un des taux de demandeurs d’asile le plus élevé de l’Union européenne en proportion de ses habitants. Chypre accuse le nord de laisser les migrants franchir la ligne de démarcation une fois qu’ils sont arrivés sur l’île depuis la Turquie. Mais comment fermer la ligne verte sans acter la division de l’île ?

L’autre urgence, c’est l’inflation et les difficultés économiques et sociales. Mais Chypre doit aussi lutter contre une corruption qui perdure. Les promesses des candidats sont là, mais le souvenir du scandale des passeports dorés, c’est-à-dire l’obtention d’un passeport européen contre deux millions et demi de dollars.

Bruxelles a tapé du poing sur la table en 2020 pour faire cesser la pratique. Cette pratique a notamment profité à de nombreux nombreuses fortunes russes déjà attirées par une politique fiscale avantageuse. Au point que la deuxième ville du pays est parfois surnommée Limassolgrad. Face à Moscou, Chypre se tient aux côtés de Kiev, mais le conflit ukrainien rend la situation sensible sur l’île.

 



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *