Olivier Dussopt et Bruno Le Maire à la manœuvre



Publié le :

Face aux critiques et aux manifestations après la décision d’utiliser le 49.3 pour éviter de perdre un vote sur la réforme des retraites, le gouvernement garde sa ligne et affiche sa détermination à avancer une fois passé le vote sur les motions de censure. Une tentative de contre-offensive menée par le ministre du Travail Olivier Dussopt et le ministre de l’Économie Bruno Le Maire dans deux interviews, l’une au Journal du Dimanche et l’autre au Parisien.

Commencer à préparer l’étape suivante : c’est ce à quoi Olivier Dussopt et Bruno Le Maire se sont appliqués. Une offensive de communication dominicale incontournable à la veille de l’examen des motions de censure déposées contre le gouvernement.

Une épreuve que les deux ministres pensent surmonter car  « la coalition des contres » ne fait pas une majorité. Pour Olivier Dussopt, « la France insoumise et le Rassemblement national ne peuvent pas gouverner ensemble ». Une manière d’avancer qu’il n’y a pas d’alternative à la majorité relative d’Emmanuel Macron. 

Avec en parallèle une réaffirmation de la nécessité de la réforme des retraites, dont Bruno Le Maire affirme qu’elle sera appliquée… comme une réponse à ceux qui demandent qu’elle soit retirée ou jamais promulguée, notamment les syndicats, avec lesquels Olivier Dussopt espère qu’il y aura « un avant et un après » réforme des retraites, donc de pouvoir négocier sur d’autres textes.


Des textes qu’il faudra faire voter à l’Assemblée avec, toujours selon les deux ministres, la même méthode de recherche de compromis… qui a pourtant abouti à un rendez-vous raté avec les Les Républicains (LR) un 49.3 et l’émergence de violences ces derniers jours.

À lire aussi Réforme des retraites en France: le week-end du doute pour la majorité





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *